Pluton à nouveau planète, demandent les américains-zinzins de l’espace

« Il y a un lobby qui est assez fort surtout du côté des Etats-Unis », indique Robert Lamontagne, directeur exécutif de l’Observatoire du mont Mégantic dans un article de Jean-François Cliche. De quoi est-il question ici ? Du pétrole ? De l’Irak ? D’Israël ? Des OGM ? Non, de Pluton. On se souvient que Pluton a changé son statut depuis deux ans suite aux recommandations de l’UAI, l’Union Astronomique Internationale, sorte d’aréopage d’experts du cosmos.

Ne répondant pas aux qualités propres aux planètes, ne pas être faite que de gaz, être ronde, et avoir fait le vide autour d’elles, à l’exception de leurs satellites, Pluton a été déclassée et est depuis considérée comme une planète naine. Catégorie dans laquelle on retrouve plusieurs dizaines d’autres spécimens. Classer Pluton comme planète, c’était, pour des raisons d’équité intersidérale, être dans l’obligation de considérer également ces autres éléments comme des planètes.

La raison de ce lobbying américain est somme toute assez simple. Pluton est la seule « planète » à avoir été découverte par l’un de leurs compatriotes, Tombaugh en 1930. Pour les maîtres de l’espace, après la pâtée mise aux soviétiques avec l’alunissage d’Armstrong dont on célèbre en cet été 2009 le quarantième anniversaire, cette énième conquête est d’importance. Las, il semble que la demande américaine soit vouée à l’échec. D’autant plus qu’un astrophysicien américain, Tyson, boxe l’idée que Pluton soit une planète, comme le souligne le reportage ci-dessous.