In Vino Veritas. Toutes les vérités sur le vin sont-elles bonnes à dire ?

Le terrain juridique est un terreau fertile en ce qui concerne les querelles des secteurs économiques. Nous en avons eu l’illustration cette semaine avec l’affaire opposant le MDRGF et les producteurs de vin via. On pourra lire l’enquête de la MDRGF à partir de leur site.

Cette association de protection de l’environnement est membre du regroupement PAN. Pesticide Action Network qui vise à promouvoir une législation plus contraignante sur l’usage des pesticides à travers le monde. Une sorte de lobby anti-pesticides européen dans lequel on retrouve également le réseau Cohérence, basé à Lorient, en Bretagne.

0 In Vino Veritas. Toutes les vérités sur le vin sont elles bonnes à dire ?

Cela n’a pas été du goût des producteurs de vins, qui constituent un puissant groupe de pression. Ils ont porté plainte. L’affaire est relatée ici par Rue89. On en connaîtra le jugement le 10 février.

http://www.dailymotion.com/video/xbrjtq

Les reportages d’Envoyé Spécial que l’on retrouve sous forme de vidéos dans cet article sont très révélateurs des enjeux qui animent cette filière évoquant à la fois la question des additifs et des pesticides. Ce reportage a fait l’objet de nombreuses réactions de défense de la filière.

http://www.dailymotion.com/video/xare7g

Lun des arguments utilisé par les avocats est de souhaiter que sur un moteur de recherche la requête vins + pesticide ne soit plus associée à des contre-enquêtes jugées négatives pour la profession. Néanmoins, cet argument ne tient pas. Quand on recherche cette thématique sur Google, moteur de recherche qui concentrent 85% des requêtes en France, on s’aperçoit que d’autres sites internet apparaissent en premier lieu, dont Rue 89, Cdurable.info, Le Point, et sur la même page mais après, Le Figaro… Evidemment, la page de résultats n’est pas pérenne et elle est modifiée au fil du temps en fonction de l’algorithme de Google.

Les consommateurs ok, et les viticulteurs ?

Reste la question de la santé publique. Est-ce qu’il y a des pesticides dans le vin ? Oui, même une enquête suisse le dit. Est-ce dangereux pour l’homme à la consommation ? A long terme oui, pas forcément plus que la consommation d’alcool elle-même. Pour les viticulteurs qui pulvérisent les pesticides, et sont exposés à des concentrations beaucoup plus élevés, la question mériterait de faire l’objet d’une enquête épidémiologique tant la menace paraît importante pour cette profession qui utilise 25% du total des pesticides dispersés en France.

http://www.dailymotion.com/video/xared3

Commentaires

  1. Cet article soulève un point très intéressant qui est celui du lobbying sur Internet, de la pratique de l’influence en ligne qui peut notamment avoir des effets sur la réputation en ligne d’une organisation. Cependant, comme vous le relatez, l’algorithme de Google privilégie théoriquement la qualité et neutralité des résultats.

  2. Oui, il y a des résidus de pesticides sur les raisins.
    Et alors ?
    Au-delà des polémiques juridiques et formelles, la vraie question est de savoir si cela nuit à la santé des consommateurs.
    Un premier élément de réponse vient des études sur la santé des agriculteurs. Les agriculteurs sont particulièrement exposés, puisqu’ils sont grands manipulateurs de pesticides devant la nature éternelle, en première ligne lorsqu’ils les préparent, les transvasent, les répandent sur les cultures. C’est une « population sentinelle », plus exposée jusqu’à 1 000 ou 10 000 fois qu’un simple consommateur, une population qui est donc particulièrement étudiée pour cette raison : si les pesticides posent problème, les agriculteurs en seront 1 000 ou 10 000 fois plus touchés que les simples consommateurs.
    Toutes les études sur le monde agricole, aux États-Unis comme en Europe, montrent que les agriculteurs, ceux qui manipulent des pesticides à longueur de jour, ont une espérance de vie plutôt supérieure à la moyenne du fait d’une sous-mortalité par maladies cardiovasculaires et par cancer en général…

    Faut-il en conclure que l’exposition aux pesticides augmenterait l’espérance de vie ?

    Par ailleurs, on retrouve ici un paradoxe classique : on s’affole des effets éventuels, jamais vérifiés, de traces de pesticides sur le raisin… alors que le vrai danger parfaitement connu, mesuré… c’est le vin, avec ou sans pesticides. Excellent sujet d’étude pour un psychanalyste. Peut-être même pourrait-on voir de bonnes âmes discutant des dangers des pesticides, attablés devant leur verre de rouge tout en fumant leur clope …
    Plus d’infos, avec les références des études évoquées sur la page
    Les illusions des dangers des pesticides : http://ecologie.illusions.chez.com/pestdger.htm

    Pierre Yves