PAC. Les céréaliers en colère

bleLes céréaliers français sont en colère et ils le font savoir. La réforme de la Politique Agricole Commune va en effet faire des dégâts dans l’agriculture française. En effet, on assiste à un découplage du montant des aides et des quantités récoltées pour laisser plus de place à une stratégie agricole ciblée. Les gros producteurs, dont les céréaliers de la Brie et de la Beauce, vont donc faire les frais de cette évolution. Après avoir tenté à plusieurs reprises de faire pression sur les législateurs, ils entament désormais une campagne de lobbying au niveau national en mettant en place une manifestation « campagne morte » demain mercredi 25 mars à Paris. Et ce dans un contexte politique qui voit les élections européennes se rapprocher et avec elles la montée des revendications sectorielles des groupes dont l’activité économique est liée aux décisions européennes.

Dans le même temps, la transparence poursuit son chemin dans l’attribution des aides agricoles communautaires. On avait pu ainsi apprendre, mais uniquement par la bande, que des têtes couronnée richissimes, la Reine d’Angleterre, le prince de Monaco, importants propriétaires fonciers touchaient moultes aides européennes. Depuis quelques mois, le montant et le destinataire de l’aide sont disponibles à partir du site internet Telepac.  Vous pouvez en apercevoir un exemple à cliquant ici, pour un exemple d’aides reçues comprises entre 100.000 et 150.000 euros. Cela reste néanmoins un peu abscons à manipuler mais l’idée est là. Plusieurs représentants du monde agricole se sont prononcés pour cette démarche.

Maj. 30/03/2009. Michel Barnier revient sur cette question dans une interview au journal Le Monde. Sur la question du lobby agricole, on lira avec attention ce document de l’IEP de Paris.

Commentaires

  1. CHAMPALOU MICHEL dit :

    je viens dire mon dégoût nous agriculteurs nous sommes pris pour des chiens . Aucune entreprise dans le secteur secondaire n ‘accepterait ce
    que l on subit .Mais la profession accepte tout on ne sait pas se faire entendre ce n’est pas en barrant des routes ou de distribuer des produits sur le bord des routes que nous serons entendus par les spéculateurs Nous sommes trés puissants car manger est nécessaire pour vivre et c’est nous qui tenons « le garde manger »
    Les éleveurs laitiers parlent de faire la grève du lait mais combien de jours et dans combien de pays
    Pour les céréaliers c’est simple les coops sont à eux normalement plus de livraisons mais aussi bloquer les ports à cause des importations et beaucoup plus efficace pas un seul hectare de blé de semé à la Toussaint ni fin Novembre s’il le faut . Aucune violence personne nous oblige à travailler ; surtout pour manger notre patrimoine durement gagné . Aujourd ‘hui on nous dit que tout est mondial imaginons un instant que tous les agriculteurs du monde entier se mettent d’accord sur le principe de la gréve des semis….
    pas de violence on a perdu d’avance juste pour faire voir au monde que l’on existe encore et que notre peine soit récompensée Et que l’agriculture industrielle que l ‘on met en place et qui dévaste des régions entiéres soit anéantie pour retourner à une agriculture plus à échelle de la famille
    quleques chiffres :
    -1981 en France 1 qtal de blé payé 125 f 1 baguette de pain 1 f 50
    -2009 en France 1 Tonne de blé payée 110 e 1 baguette de pain 1 e
    dans les années 1975 le SMIC 1000 f – 2009 le SMIC 1200 e
    Je pourrais aussi parler de la paperasse , des contrôles, des suicides , des ruinés ,
    A la PAC de 1992 tous les exploitations un peu fragiles ou trop fragiles ont disparues et avec eux pas mal d’emplois dans le machinisme agricole ( c’étaient les agneaux ) les chiens et les loups sont restés aujourd’hui les chiens disparaissent ou se font manger par les loups !! et demain les loups risquent de s entre dévorer
    Combien d’agriculteurs demain ? Peut être des robots partout avec GPS de guidage .15000 années éffacées en moins d’une génération quel gâchis!!!
    Les agriculteurs ont ils encore la mentalité de ceux d’Emile Zola dans son livre : »La Terre » ou parlent ils tous d’un même language face à la spéculation ? C’est ma conclusion
    – suite à la crise boursiére de 1929 le prix du blé était tombé au plus bas à l’époque il n’y avait pas de stocks mais c’était la crise …..on avait crée l ONIC et tout est rentré dans l’ordre mais on a fait la guerre puis 30 glorieuses le temps d’oublier mais la spéculation est revenue et la crise avec alors on recommence tout c’est pas possible BON DIEU

  2. […] Les protestations agricoles ne sont pas nouvelles. Chacune des crises conjoncturelles que connaît ce secteur fait l’objet d’intenses négociations avec le pouvoir politique. Porc, poulet, bœuf, lait, vin, fruits et légumes, chaque année voit son secteur en crise. Et il n’est finalement que les céréaliers de la Beauce et la Brie, à ne quasiment jamais faire entendre leur voix, sauf quand se prépare des modifications d’attribution des subventions européennes. […]

  3. lafontaine dit :

    je vois que les agriculteurs se plaignent de tumeurs et alors la population qui vit entoures de leurs champs ou sont deversées des tonnes de pectiside on ne dit rien
    ils se plaignet toujours c paysans