Pause hadopi. TF1 mise en cause

hadopi« Bonjour, Jean-Michel, vous avez des salariés qui, manifestement, aiment tirer contre leur camp. Cordialement ».

C’est ainsi que Christophe Tardieu, directeur adjoint du cabinet de Christine Albanel, la ministre de la culture, « forwarde » le mail de Jérôme Bourreau, responsable de la filiale web de TF1, indique le Canard Enchaîné dans son édition de ce mercredi 13 mai 2009. On connaît la suite : Jérome Bourreau, sceptique à titre personnel sur loi Hadopi, est convoqué à un entretien de licenciement. Le destinataire de ce message était Jean-Michel Counillon, secrétaire général et directeur des affaires juridiques de la première chaîne française. Jean-Michel Counillon est le « Monsieur lobbying » du groupe de Martin Bouygues.

Le Nouvel Observateur revenait sur le rôle de Jean-Michel Counillon dans son édition web du 26 février 2009 en montrant toute l’importance que revêt cet activisme auprès des parlementaires pour la chaîne privée, notamment lors de la dernière discussion sur l’audiovisuel public.
L’attitude de TF1 ne surprendra personne. La chaîne est confrontée à la tourmente du marché publicitaire. Les audiences déçoivent, 27% de parts de marché en moyenne en mars. Les résultats sont en chute libre. Le chiffre d’affaires baissera, selon La Tribune, de 13% en 2009 après – 5,3% en 2008. Le résultat lui aussi décroît et le cours en bourse est en chute libre.

Nous revenions sur les erreurs stratégiques de la chaîne dans une note de ce blog il y a quelques semaines. Ce faisant, elle cherche à se protéger des risques que font peser le téléchargement illégal sur ses audiences et les recettes de ses activités annexes de distribution vidéo. Et ce alors que la chaîne a en matière de VOD gratuite, la rediffusion de ses programmes sur le web, une stratégie plutôt timide contrairement à M6 qui propose ses programmes, et surtout les séries américaines, en VOD gratuite pendant sept jours.

Dessin tiré du blog de Martin Vidberg.


Commentaires

  1. […] sera que de courte durée puisqu’à la loi sera ensuite revotée quasiment dans les mêmes termes. Pour la petite histoire, c’est alors que, pendant le débat, Jérôme Bourreau-Guggenheim, aura aussi perdu sa place chez TF1 pour avoir critiqué la […]