Avortement. Quand des « pro-life » vont jusqu’à tuer

george tiller Avortement. Quand des « pro life » vont jusquà tuer

Le lobby pro-life américain est un partisan si acharné de la vie qu’il peut se mettre à tuer pour ses idées. C’est ce qui s’est passé au Kansas (Etats-Unis) la semaine dernière. George Tiller (la photo)  a succombé au troisième attentat le visant. Alors qu’il se rendait à la messe, il a été exécuté froidement devant une douzaine de personnes. L’assassin présumé a ensuite pris la fuite avant d’être rattrapé par la police.

Ce n’est pas la première fois que des médecins procédant à des avortements (en l’occurrence George Tiller acceptait de procéder à des IVG au-delà des limites légales étatsusiennes à savoir 20 semaines pour des raisons liées aux dangers pour leur propre santé ou des malformations importantes du foetus) font l’objet d’actes violents à leur encontre. Le docteur Tiller ne sortait plus sans un gilet pare-balles. Selon WSBS, « suite au meurtre du Dr Tiller, Randall Terry, fondateur du groupe anti-avortement Operation Rescue (Opération sauvetage) a décrit le docteur comme un « tueur en série » et déclaré, « il a récolté ce qu’il avait semé ». Il a dit que le souvenir qui resterait de Tiller serait celui « d’un des coupables de l’histoire ». Ambiance. Si de tels actes de la part de fanatiques du mouvement pro-life restent isolés, ils sont condamnés fermement par les porte-paroles officiels du mouvement Pro-Life, ils démontrent que la question du droit à l’avortement reste d’actualité aux Etats-Unis.

Roe vs Wade, la révolution

Elle dépasse largement les clivages classiques américains entre démocrates et républicains, pour être une véritable question de société qui divise l’opinion américaine. Ce n’est pas le moindre des écueils qui attendent Barack Obama lors de son mandat. Le président américain vient d’autoriser à nouveau le financement par l’Etat américain d’organisations promouvant l’IVG à l’étranger au grand dam d’une frange de l’électorat religieux, protestant et catholique, qui représente un gros tiers des électeurs américains.

Depuis l’arrêt Roe vs Wade en 1973 qui autorise l’interruption volontaire de grossesse  sur l’ensemble du territoire américain. Norma McCorvey, alias Jane Roe, la femme qui est à l’origine de la demande deviendra par la suite une opposante farouche à l’avortement. Deux ans plus tard, la France en fera de même. Cet arrêt de la cour suprême fédérale ouvre la voie à la légalisation de l’IVG dont le parcours est semé d’embûches. On retrouve cette même opposition dans le débat sur la fin de la vie, dont le cas Terri Schiavo en est l’exemple. Si l’avortement pose la question du statut du foetus ou de l’embryon, d’où débute la vie, etc, n’oublions pas non plus le désarroi et la souffrance de femmes dont les seuls moyens d’avorter ont été pendant longtemps l’aiguille à tricoter, la lame de rasoir ou la chute dans les escaliers, avec les conséquences potentielles sur leur santé que l’on peut imaginer.

avortement carte wiki Avortement. Quand des « pro life » vont jusquà tuer

Légende de la carte :

Bleu. Légal. Vert. Légal sous certaines conditions (viols, dangers pour la mère…). Marron. Légal pour) ou (illégal sauf pour) les viols, risques vitaux, malformations ou maladies mentales. Orange. Illégal, avec exceptions pour le viol, risques vitaux, maladies mentales. Rougeatre. Illégal, avec exceptions pour risques vitaux ou maladies mentales. Bleu vif. Illégal.
Source : Wikipédia

Un enjeu électoral aux Etats-Unis

Le lobby pro-life est d’une puissance redoutable. Il sait mobiliser ses partisans dans les débats publics, autour des cliniques procédant aux avortements, sur internet en jouant la carte de la culpabilisation des femmes concernées. Lors de la dernière élection présidentielle américaine, John McCain, plutôt ouvert sur cette question, fut dans l’obligation de choisir Sara Palin, opposée à l’avortement, pour reconquérir l’aile droite de son électorat qui menaçait de l’abandonner. Sans succès. Mais dans certains états du sud, impossible de se faire élire en étant ouvertement pro-avortement. Il n’hésite pas par ailleurs à utiliser des images chocs (ci-dessous) pour soutenir ses thèses. Qui n’est pas ému (voire dégoûté) par ce corps noirci.

abortion2ndtrimester Avortement. Quand des « pro life » vont jusquà tuer

Le pendant du lobby pro-life est le lobby pro-choice comme l’appellent les américains. Les principales organisations sont le planning familial et la Naral, une organisation qui n’a pas fait mystère de son penchant pour Obama lors de la présidentielle américaine. Elle indique également dans son bilan « since 2006, NARAL Pro-Choice America helped elect 44 new pro-choice members of the House, eight new pro-choice senators, and pro-choice President Barack Obama ». Elle aide ses personnalités politiques en mobilisant ses adhérents et en organisant des campagnes publicitaires de contre-marketing.

L’opinion américaine se retourne

gallup sondage ibg usa 300x180 Avortement. Quand des « pro life » vont jusquà tuerUn sondage de Gallup (graphique) datant de mai 2009 montre qu’à la question « Vous considérez-vous plutôt comme pro-life ou pro-choice », les américains répondent à 51% pro-life, et 42% pro-choice. Et ce pour la première fois depuis que ce sondage existe. Ce sont les protestants qui témoignent de leur plus grande certitude à cet égard. Une majorité de femmes se déclare également pro-life. L’évolution est également particulièrement notable chez les hommes puisque les pro-choice baissent de 10% et deviennent minoritaires.

Cette évolution de l’opinion publique américaine témoigne de la grande difficulté à aborder sereinement ce sujet outre-atlantique. L’assassinat de Tiller viendra peut-être éveiller quelques consciences.

En cadeau-Bonux, un extrait du film « Si les murs parlaient », consacré à l’histoire de ces femmes qui se sont mobilisées, au péril de leur vie, pour l’IVG aux Etats-Unis.


Commentaires

  1. Blogvital dit :

    Quoi que l’on pense de l’avortement, l’assasinat n’est jamais très élégant, ni même une solution durable.
    Notons toutefois qu’en l’état actuel des choses, il n’y a pas de lien entre l’asassin de Tiller, et les milieux Prolife.
    Evitons les raccourcis sur des sujets aussi snesibles pour les femmes.

  2. admin dit :

    Bonsoir blogvital,
    Scott Roeder, l’assassin présumé du Docteur Tiller, aurait certes agi seul, selon les propos de la police. Néanmoins ses sympathies avec le mouvement pro-life aux Etats-Unis laissent planer un doute. De nombreux responsables de ces mouvements ont condamné cet acte violent mais pas tous comme on peut le voir ici : http://armyofgod.com/. Depuis la fin des années 70, 25 médecins effectuant des avortements ont subi des assassinats ou des tentatives d’assassinat.

    MC

  3. [...] de la délinquance, et des homicides par armes à feu, seraient la conséquence de l’arrêt Roe vs Wade, légalisant l’avortement en 1973 qui aurait entraîné une diminution des naissances chez les [...]