Obama élu grâce à l’argent des lobbies du numérique et de l’intelligentsia

Barack Obama vient de remporter l’élection présidentielle américaine. En janvier prochain, il entamera un nouveau mandat de quatre ans. Deuxième et dernier mandat puisque la Constitution américain interdit de briguer un troisième mandat de président.

La campagne victorieuse du président démocrate ne se sera pas faite dans la facilité. Mitt Romney, le candidat républicain, a poussé Obama dans ses retranchements. Durant ces dernières semaines, l’enthousiasme de la campagne de 2008 était bien loin dans les souvenirs. Etant donné les attentes irrationnelles qu’a soulevé son élection, Barack Obama ne pouvait que décevoir. Cette campagne présidentielle américaine a également été très coûteuse : environ six milliards de dollars investis par les candidats ou les organisations les soutenant directement ou non (PAC et Super Parc).

Voici les principaux soutiens financiers de Barack Obama et de Mitt Romney d’après le site OpenSecrets. (Cliquez sur les images pour les voir plus grandes)

Et les principaux secteurs financeurs.

Dans une optique défensive (je donne de l’argent pour que rien ne change) ou offensive (je donne de l’argent pour que les lois changent), les secteurs économique ont délié leurs bourses pour donner massivement aux candidats défendant le mieux leurs intérêts. Dans la culture américaine c’est une chose normale. Outre-atlantique, il est en effet considéré que du rapport de force, y compris financier, entre les différents points de vue, naît la meilleure solution. Une façon de voir à des milliers d’années lumière de celle que l’on retrouve en Europe ou plus encore en France où l’influence du monde politique se joue moins à coup de millions d’euros que de partage de réseaux et d’influence de l’opinion publique.

A noter ce documentaire diffusé sur Canal Plus qui revient en partie sur les liens entre Obama et les milieux financiers.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo