Le lobby du tabac sans foi ni loi

article_TABAC

Canal Plus diffuse en ce moment un documentaire de Paul Moreira sur les industriels du tabac et l’impact de leurs actions sur le tabagisme chez les jeunes.

On peut le voir ci-dessous.

 

Le documentaire est édifiant et rappelle ce qui se faisait il y a encore une quinzaine d’années en France quand, dans les soirées étudiantes, des midinettes bien roulées, comme des cigarettes, distribuaient quantité de cigarettes gratuites dans les discothèques.

 

Le propos de Paul Moreira rappelle la conclusion de l’intéressant mémoire de Marie Bondeville, étudiante à Sciences Po à Bordeaux sur la question du tabac. Dans la conclusion de son mémoire, intitulée “Le lobby du tabac renaît toujours de ses cendres”, Marie indique : “Par le biais de la publicité ciblée, de la rétention d’information, et de l’affiliation avec certains politiques (Ronald Reagan faisait de la publicité pour les cigarettes Chesterfield avant de devenir Président des Etats-Unis), le lobby du tabac est parvenu à créer l’épidémie la plus difficile à résorber (…) Les nouvelles technologies ont, par ailleurs, permis à l’industrie du tabac de s’exercer sur un nouveau tableau. Le lobby du tabac 2.0 étant plus libre sur la toile, il développe en conséquence, de nouvelles stratégies qui s’ajoutent à celles dont l’efficacité n’est plus à prouver. Si le lobby du tabac ne se sent pas menacé sur le vieux continents, ni aux Etats-Unis, c’est parce qu’il a trouvé dans les pays émergents un nouveau marché potentiel très prometteur. La contrebande dont il est lui même l’instigateur, facilite son implantation sur ces nouveaux marchés, dans des pays où la réglementation est inexistante ou rudimentaire. L’industrie du tabac inonde donc ces pays de produits de contrebande et créer un imaginaire collectif associé au tabac adapté à chaque pays. Le lobby du tabac réitère donc ce qu’il est parvenu à créer au sein des pays industrialisés, et associe de nouvelles symboliques au tabac, par le biais de l’échantillonnage et du sponsoring”.