L’industrie de la viande menace-t-elle le monde ?

L’industrie de la viande serait-elle responsable du réchauffement climatique ? A en croire le dernier livre de Fabrice Nicolino, , Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde, on n’en est pas loin. Et ce d’autant plus que son enquête est relayée par un collectif de personnes appelant à la grève de la viande présenté dans un article de Rue89.

La vache responsable de tous les meuh les maux de la planète ?

L’auteur accuse l’industrie de la viande d’être coupable pour bien des maux de notre planète : soja OGM, émission de gaz à effet de serre, gaspillage de l’eau, corruption à grande échelle dans certains pays, déforestation massive des forêts tropicales… Fabrice Nicolino accuse l’industrie de la viande d’être l’équivalent de l’industrie de l’amiante dans les années70 ou du tabac dans les années 50. Diantre. Le propos est assassin, ou seraient-ce les pratiques ?, en tout cas salutaire puisqu’il introduit dans le débat public la question de la place de la viande dans nos sociétés.

« All you need is meat »

Fabrice Nicolino rejoint là Sir Paul McCartney. L’ex-Beatles est on le sait un végétarien devant l’éternel. Il appelle ainsi régulièrement ses concitoyens à cesser de manger de la viande. Un appel relayé par des associations prônant le végétatisme. Face à ces attaques qui menacent les intérêts des éleveurs, et seraient susceptibles, même si cela reste voir, de changer l’opinion des français face à un élément clé de leur alimentation, la réplique n’a pas tardé. A la manœuvre Interbev, l’interprofession bovine. Dans son argumentaire, Interbev répond à la fois sur la question de la consommation de viande par semaine, deux steacks en moyenne par semaine, en montrant qu’une grande part de l’élevage est dédié au lait et que d’autres pays font pire (L’Inde), que d’autres secteurs économiques polluent plus : le transport (de viandes ?), enfin rappelle que pour produite de la viande il faut des prairies, essentielles pour nous préserver des ravages des GES, pour finir sur notre identité culturelle très corrélée à l’histoire de la viande. Sur le plan des actions parlementaires, le monde de la viande n’est pas en reste. Ainsi, la Fival (viande chevaline) inscrit dans son rapport moral (page 9) les actions de lobbying au niveau européen.

Venez à moi les petits enfants

Pour convaincre les français de continuer à manger de la viande, le Centre d’Information de la Viande (CIV) s’est payé un numéro du journal l’Actu, un quotidien pour enfants édité par PlayBac, déjà célèbre pour avoir ouvert ses colonnes à Areva. Dans ce numéro, on peut lire que « 4 à 5% des gaz à effet de serre en France sont dus au méthane » rejeté par les bovins en éructant(1). Des études existent afin de diminuer ces rejets liés à la présence de bactéries dans les estomacs des bovins, en les nourrissant à l’ail et au lin. Plus une page (la XV) sur les raisons qui doivent pousser les enfants à manger de la viande (ou du poisson ou des oeufs) tous les jours.

Le lobby de la viande sait montrer aussi tout son poids économique. En Normandie, par exemple, il représente 658 millions d’euros de valeur. Au niveau international, il se réunit au sein de l’OIV, office international de la viande.

C’est avec la même constance que le CIV avait défendu le secteur mis en cause pour les liens possibles entre surconsommation de viande et cancers.

Au final, la question que pose Nicolino ne porte pas sur le même périmètre que celui d’Interbev. Dans son livre, Fabrice Nicolino pose la question de la viande d’élevage en général et dans le monde entier, quand Interbev répond viande bovine en France. Certes, les deux thématiques sont liées mais ne se recouvrent pas entièrement.

  1. 1. Au total, ce serait entre 11% et 18% des émissions de gaz à effet de serre (GES : dioxyde de carbone, ozone, méthane, vapeur d’eau et les gaz industriels), selon que l’on considère les herbivores seulement ou l’élevage dans son entier.

Cadeau bonus.

retrouver ce média sur www.ina.fr

Commentaires

  1. […] que cet article commentait déjà largement il y a quelques années. Lait magique, Sel, graisses, viandes, plastiques d’emballage… l’industrie agroalimentaire est pointée du doigt à […]