Gastronomie d’influence. Johnny Hallyday « et le plaisir aussi »

Premier article sur ce que sont devenus les invités du Fouquet’s avec Johnny… Hallyday.

L’avant.

On connaît les déboires récents de santé de Johnny Hallyday. Il semble que cela n’ait rien à voir avec sa présence ce soir-là en compagnie de son épouse, Laeticia. Si le chanteur a toujours été proche des dirigeants de droite, en premier lieu Jacques Chirac qu’il soutient à l’occasion des élections présidentielles de 1988, 1995 et 2002, avec Nicolas Sarkozy, il trouve dans le président un fan de premier ordre. Car Nicolas Sarkozy aime les chansons de Johnny Hallyday. Il peut avoir du mal à les chanter, comme le montre la vidéo ci-dessous, mais il les aime.

retrouver ce média sur www.ina.fr

L’après. Né d’un père belge, Johnny Hallyday est considéré par beaucoup comme le symbole de la chanson française. Lors du concert du 14 juillet 2009, c’est Johnny Hallyday, choisi par l’Elysée, qui prend le micro. Pour 500.000 euros, 300.000 euros de plus que pour ses concerts, 285.000 euros de plus que Michel Polnareff, le héros d’un précédent concert équivalent. Et une révélation de l’Express indique qu’un appel d’offres portant sur 4,5 millions d’euros pour un concert le 14 juillet 2010 fait l’objet d’intenses tractations entre le producteur fétiche de Johnny et son fils, David H. Les deux hommes proposant des projets, différents, avec Johnny en guest-star. Et dire que les Grecs vont manquer cela pour cause de crise économique.

http://www.dailymotion.com/video/x1ymh4

L’envie de partir

Symbole d’une fiscalité française trop imposante pour les riches contribuables, la situation de Johnny reste particulière de ce point de vue. Pendant la campagne, le chanteur indique que l’on paie trop d’impôts en France. Il annonce alors sa décision d’aller vivre en Suisse après avoir négocié un forfait fiscal. Malgré la loi sur le bouclier fiscal, l’interprète de Gabrielle ne reviendra pas en France pour payer ses impôts même si une partie de ses gains sont assujettis à la fiscalité française. Johnny qui avoue avoir voté pour Nicolas Sarkozy « parce qu’il aime ses amis », aime aussi les siens. Jean Réno et Jean-Claude Darmon, eux-aussi présents au Fouquet’s, sont les parrains des deux enfants vietnamiens qu’il a adopté au Vietnam.

Image de prévisualisation YouTube

Le ciel m’est tombé sur la tête

Mesure phare des propositions Sarkozy, l’affaire du bouclier fiscal se retourne progressivement contre Nicolas Sarkozy un peu à la manière du bouclier d’Abraracourcix dans Astérix. Son efficacité est remise en cause par plusieurs rapports quant au retour des « exilés fiscaux » en France. En fait, la mesure semble improductive. Interrogé sur la question, le nouveau ministre du budget, François Baroin, filleul politique de Jacques Chirac et successeur éphémère de Nicolas Sarkozy à l’intérieur quand celui quitte le gouvernement pour mener campagne, indique que cela aurait pire sans. L’arrivé de François Baroin aura au moins décidé, selon le Canard Enchaîné, Michèle Laroque, la compagne de Baroin, de revenir déclarer ses revenus en France. Ses cachets ne sont pas immenses, mais ils font passer la pilule médiatique.

Un livre paru cette semaine, Les 100 jours Où Tout A Basculé, révèle qu’au moment où Johnny Hallyday est dans le coma à Los Angeles, l’Elysée envisage son décès en prévoyant notamment des obsèques nationales. On a les héros que l’on peut.



Commentaires

  1. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Lobby. Lobby a dit: Gastronomie d'influence. Ce que sont devenus les invités du Fouquet's trois ans après : Johnny Hallyday http://is.gd/bZ2SL #sarkozy […]