Le lobby catho ne fait pas une croix sur le débat politique

Les catholiques ont connu des fêtes pascales moins médiatisées. Dans le sillage de la sortie du livre de Marc Baudriller intitulé « Les réseaux cathos », qui plaît beaucoup dans la communauté catholique, de nombreux périodiques enquêtent sur le pouvoir d’influence des catholiques dans notre pays. L’Express de cette semaine revient sur ce thème et prépare des éditions régionales partout en France sur « Le vrai pouvoir des cathos ». Tout un programme. Pour la presse, les catholiques seraient-ils les nouveaux francs-maçons des marronniers journalistiques ? A voir.


Alors que l’on aurait pu croire l’influence catholique en berne avec la baisse du nombre de pratiquants, la diminution du nombre de prêtes, les réorganisations importantes des contours des paroisses, il semble que celle-ci se maintienne. Cela tient en partie au fait que l’église catholique, depuis longtemps, ne reste pas enfermée dans un dogme religieux mais interfère de manière massive sur les débats politiques en France. Que l’on en juge avec ces prises de positions d’évêques depuis le début de l’année sur :

 

 

Autant de thèmes éminemment politiques (d’autres plus radiaux porte sur l’IVG par exemple, ou les questions touchant à l’homosexualité) pour des religions qui ont toute légitimité pour intervenir dans le champ du débat public. L’église catholique illustre bien la question de l’influence via l’outside lobbying. Par capillarité les thèmes qu’elle aborde remontent à la surface des questions politiques via les réseaux institutionnels et locaux qu’elle entretient. De plus, ses structures de réflexion sont nombreuses et organisées, voir une liste non-exhaustive ici. L’unité de l’église catholique française n’est pas unicité et différentes chapelles existent, entre les plus progressistes et les plus radicaux qui cherchent chacun à utiliser leur influence pour peser sur le débat public en utilisant au besoin les réseaux sociaux. Après un 19ème siècle triomphant (Napoléon III en est l’exemple), les soixante premières années du 20ème relativement tranquille, l’église connaît quelques déconvenues qui la rendent moins tendance. Trop déconnectée des réalités, trop Vatican moins deux, trop « old-school ». Son retour en grâce, dont le succès du film « Des hommes et des Dieux » en est la preuve, témoigne d’un retour de la quête de sens dans des sociétés occidentales dans lesquelles l’individualisme pèse.

http://www.youtube.com/watch?v=XmXiLPWteyo

Pour beaucoup d’autres européens, la surprise serait d’être surpris d’être surpris de l’influence de la religion, comme en témoigne ce documentaire d’Arte.

http://www.dailymotion.com/video/x7otcr_documentaire-l-europe-est-elle-chre_news

Aux Etats-Unis, les différentes églises jouent un rôle essentiel dans l’établissement de la politique voire même dans le choix des candidats aux élections et leur politique une fois élus.

Le cas bien connu de George Walker Bush le montre, ou encore l’élection de JFK, seul président catholique des USA à ce jour, ainsi que le poids de l’AIPAC, le « lobby juif ».

In lobbying, we trust.

 

 

Pour en savoir plus, par exemple sur les radicaux des catholiques :

http://www.dailymotion.com/video/x9m5z2_66-mn-le-retour-des-integristes-cat_news