Histoire des lobbies. 1. La naissance

Le général Grant, président des USA entre 1869 et 1877

On parle beaucoup des lobbies en ces temps troublés, comme si chaque groupe d’intérêt voulait tirer la couverture à soi. Le caractère méprisant qui accompagne souvent l’utilisation du mot lobby est hérité d’une certaine forme d’anti-américanisme puisque le mot trouve son origine outre-atlantique. Revenons sur la naissance du mot.

Si le verbe To lobby, en français « faire pression », existe depuis déjà quelques décennies avant l’arrivée d’Ulysse Grant (photo), c’est ce président américain qui va en populariser l’expression.

Dans son livre, La saga de la Maison blanche, Jean-Luc Hees, actuel président de Radio France, revient sur l’histoire du siège gouvernemental le plus célèbre au monde. A l’époque, nous sommes en 1869, Grant prend la succession de Johnson. Les Etats-Unis d’Amérique souffrent des séquelles de la guerre de Sécession, remportés par les tuniques bleues. La maison blanche est une grande demeure, mal chauffée. Elle a été partiellement détruite dans un incendie en 1814. Grant prend alors ses habitudes dans un grand hôtel de Washington, qui n’est alors qu’une bourgade sans intérêt. A l’hôtel Willard, il fume le cigare, boit du whisky, se repose de la fatigue liée à sa fonction. La nouvelle court déjà que le président fréquente l’endroit. Tant et si bien que, faute de pouvoir le rencontrer au siège du gouvernement fédéral, les quémandeurs d’actions spécifiques vont et viennent dans cet hôtel pour tenter de faire avancer leurs dossiers. La politique américaine est alors gangrénée par un important climat de corruption. Le général Grant ne peut faire autrement que de les recevoir dans l’endroit où il se trouve : le lobby de l’hôtel. D’où le surnom qu’il leur donnera : lobbyist.

L'hôtel Willard à Washington DC

Il semble néanmoins qu’au-delà de cette anecdote plaisante, l’origine véritable vienne d’Angleterre. Le mot lobby signifie couloir. Par extension, il va désigner les couloirs du Parlement anglais où les lobbyistes peuvent venir échanger avec les députés de la Chambre des Communes.

De fait, la définition du lobbying touche les marges les pouvoir. En situant géographiquement à la périphérie du pouvoir (le lobby de l’hôtel, les couloirs précédant l’entrée dans le parlement), l’histoire du lobbying témoigne de cette proximité.

Prochain article sur ce thème : L’expansion des lobbies.

Commentaires

  1. […] posséder une ou plusieurs armes, et les marchands d’armes ne connaissent pas la crise. Ulysse Grant, ancien président des Etats-Unis, dont on dit qu’il fût, involontairement le créateur du mot […]

  2. […] que son point de vue triomphe, la bataille fait rage. Ainsi les dépenses en lobbying aux USA se montent à 3,3 milliards de dollars par an (chiffres 2013). Une somme considérable qui entraîne […]