Lobbying influenza. Les ministres de la santé et les lobbies. Partie 1. 2004-2010.

L’affaire du Mediator 150 mg dont se sont emparés les médias ces dernières semaines, suite notamment à la publication du livre d’Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, témoigne des liens profonds entre le pouvoir politique et les responsables de la santé publique dans notre pays.

La France consacre 11% de son PIB aux dépenses de santé. Cela représente plus de 200 milliards d’euros à l’année. Un chiffre qui attise les convoitises. Or ce marché de la santé est soumis à une réglementation plus stricte que les autres secteurs, on le comprend, et suppose donc pour pouvoir y opérer des accointances plus ou moins reconnues avec les décideurs politiques. Le ministre de la santé d’un gouvernement est alors une cible de choix pour les lobbyistes. Parfois, ils viennent directement des rangs du lobbying, des laboratoires ou des syndicats médicaux, d’autres fois encore ils sont biberonnés par les les lobbies, jamais en tout cas ces derniers sont indifférents à la personnalité de celui qui gère la santé en France.
Dans cette première partie, nous nous intéresserons à la question des liens entre les ministres de la santé et les lobbies, notamment pharmaceutiques.

A toute seigneure, tout honneur. Nora Berra, secrétaire d’Etat à la santé. Sur le site Internet du gouvernement, on peut lire dans la biographie de la ministre, la mention suivante « Médecin des affaires médicales dans divers laboratoires pharmaceutiques, de 1999 à 2009 ». Pour plus de précision, il faut lire l’hebdomadaire l’Express du 15 décembre 2010 ou le quotidien 20 minutes qui indique : que « Nora Berra a travaillé entre 1999 et 2001 pour Boehringer Ingelheim, de 2001 à 2006 pour Bristol-Myers Squibb (BMS) et de 2006 à 2009 chez Sanofi Pasteur ». Des expériences professionnelles qui l’amèneront à prendre position dans l’affaire du Mediator plutôt étonnantes avant de se rétracter partiellement.

Xavier Bertrand. Ministre de la santé entre 2005 et 2007 et depuis le remaniement de 2010 dans le gouvernement Fillon III. Agent d’assurances de profession, Xavier Bertrand est par définition sensible aux thématiques de l’influence pour un secteur d’activités qui dépend pour beaucoup des actions législatives en matière de fiscalité, d’ouverture de nouveaux marchés… L’impact des lobbies, clairement établi, pour Xavier Bertrand, on le trouve dans ses liens avec l’agroalimentaire. Invité à un colloque de l’ANIA, association nationale des industries agroalimentaires, Xavier Bertrand est interpellé, alors qu’il se trouve dans la salle, par le président d’alors de ce lobby de l’agroalimentaire, Jean-René Buisson. Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous, Jean-René Buisson, évoque les problèmes que les politiques pourraient avoir avec les chaînes de télévision si la publicité concernant les produits gras était restreinte à la télévision puis d’être plus direct. « Laissez-nous vivre un petit peu, et en contrepartie, on vous renverra la balle, je vous l’assure ». On ignorait que ces deux-là jouaient au ballon ensemble, mais peut-être ne parle-t-on pas de football finalement. Au final, les industriels de l’agroalimentaire auront promis de baisser les taux de sel et de gras dans les aliments, une promesse qui n’engage que ceux qui y croient, et accepté une mention de prévention durant les passages télévisés de leurs réclames : « manger-bouger ». On en lira un peu plus sur la question sur le blog Pharmacritique.

Roselyne Bachelot. Ministre de la santé, de 2007 à 2010. « Déléguée à l’information médicale au sein du laboratoire ICI Pharma de 1969 à 1976, elle est titulaire d’une pharmacie à Angers de 1984 à 1991 et est en parallèle chargée des relations publiques chez Soguipharm de 1984 à 1989 » peut-on lire sur la notice publiée sur Wikipédia concernant l’actuelle ministre des solidarités. De solidarité, il est beaucoup question durant les trois années de Roselyne Bachelot au ministre de la santé. Son fils a été recruté par l’INPES, pour être en charge des questions de lobbying, pendant qu’elle était ministre de la santé. De plus, Roselyne Bachelot sera l’organisatrice de la campagne de vaccination contre la grippe A l’hiver dernier avec le succès que l’on sait. Les laboratoires pharmaceutiques y gagneront le pactole tandis que la ministre s’empêtrera sur la question de la désorganisation de la campagne collective de vaccination et l’annulation d’un certain nombre de commandes, les annonçant avant même que les laboratoires n’aient donné leur accord sur cette question. Pour le reste, je vous invite à lire cet article de Fakir.

Philippe Bas. Qui se souvient de lui ? Philippe Bas ne sera resté qu’à peine trois mois à la tête du ministère de la santé. Le temps de faire connaissance avec « le milieu », comme l’indique le site Pharmacritique. « La première séquence vidéo de l’émission belge parle de l’université d’été de Pharmaceutiques, qui est la revue mensuelle de référence « des cadres de l’industrie et des décideurs institutionnels du monde de la santé », selon la présentation officielle. Celle-ci ne laisse pas planer les doutes sur le principal centre d’intérêt : « résultats financiers, bilans et perspectives ». Le numéro de janvier contient un bilan de l’année 2007, réalisé par le LEEM (syndicat de l’industrie pharmaceutique), non disponible en ligne, à mon grand regret… Mais on apprend que le bilan financier de l’année passée était stable – ouf !! Cette université d’été de « Pharmaceutiques », fermée au public et aux media, a eu lieu dans un château du Lubéron, où le super lobbyiste de l’industrie pharmaceutique, Daniel Vial, a réuni à la fois des PDG de grandes firmes pharmaceutiques et des politiques tels Bernard Kouchner, Michèle Barzach, Claude Evin… Avec la présence, en mission officielle, semble-t-il, du ministre délégué à la Sécurité sociale, Philippe Bas. »

http://www.dailymotion.com/video/x23dxw_les-lobbies-a-l-elysee-1-5_news#from=embed&start=107

Philippe Douste-Blazy. Ministre de 1993 à 1995 et de 2004 à 2005. L’actuel secrétaire général adjoint à l’ONU pour les financements innovants, un titre surtout ronflant, est passé par Servier Academy ce laboratoire mis en cause dans l’affaire du Médiator. En 2004, il visite un laboratoire de Servier à Gidy (45). La République du centre relate cette visite : « Pour le Ministre, les Laboratoires Servier font honneur à la recherche médicale et scientifique française car ils répondent au souhait des pouvoirs publics de voir se développer les médicaments génériques. Il a profité de cette occasion pour s’exprimer sur les réformes qu’il met en place. Selon le Ministre, «chasser les abus de la Sécurité Sociale, c’est une question de principe». Sachant que l’Etat décide à cette époque de développer les médicaments génériques, on comprend l’intérêt. On comprend moins par contre pourquoi il a continué à rembourser un médicament, le mediator 150 mg dont les effets sur la santé à défaut d’être négatifs, l’histoire a prouvé que c’était le cas, ne représente pas d’apports bénéfiques pour la santé.

Une chose est sûre, Philippe Douste-Blazy n’est pas un lobbyiste du français comme le prouve la page d’accueil de son site internet, entièrement en anglais.

Et cela continue bientôt avec la deuxième partie de cet article Lobbying influenza. Les ministres de la santé et les lobbies. Partie 2, 1997-2004

Commentaires

  1. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Lobby, as-brousseau.com. as-brousseau.com a dit: RT @Lobbycratie: Lobbying influenza. Les ministres de la santé et les lobbies. Partie 1, 2004-2010 http://t.co/FAFpoaf via @Lobbycratie […]

  2. derrien dit :

    Philippe Bas préconise de rendre public le nom du donneur de sperme dans le cadre de l’AMP. Comme les Cecos (Etat) sont contre, je me suis laissé dire que c’était pour confier ça aux laborataoires privés. Servier serait-il sur le coup ?

  3. La_rebelle dit :

    Tant que l’on est dans le domaine de la santé…

    Gérard Bapt, député socialiste
    Appartenance : Club Hippocrate

    Les partenaires d’Hippocrate : GSK, Malakoff Médéric et la Générale de Sante :
    http://www.club-hippocrate.fr/home/www/www.club-hippocrate.fr/Applications/MAMP/htdocs/club_hippocrate/wp-content/uploads/2010/04/CR3-Hippocrate-Etat-de-sant%C3%A9-et-syst%C3%A8me-de-retraite1.pdf

    Plus de membres UMP que de socialistes :
    http://www.club-hippocrate.fr/?page_id=14

    Difficile de savoir entre quelles mains sera notre santé, demain
    http://www.club-hippocrate.fr/

    ou faudra t-il faire confiance à LongeviTV ?
    http://www.longevitv.com/accueil/

    Les équipes de longeviTV

    Fondateurs et dirigeants : François Sarkozy et François de la Brosse

    François Sarkozy:
    Managing Partner d’AEC Partners, cabinet de conseil en stratégie et en organisation spécialisé dans le domaine de la santé. Depuis 2005, il est vice-président du conseil de surveillance de Bio Alliance Pharma. Ancien Interne des Hôpitaux de Paris, pédiatre, titulaire d’un DEA de Physiologie Respiratoire et d’un MBA à l’Insead, François Sarkozy a également, après sa carrière hospitalière, passé 10 ans dans l’industrie pharmaceutique, en France et aux Etats-Unis.

    François de la Brosse:
    Président de Z-groupe, fondé en 1980 avec Jean-Michel Buche, plus jeune directeur de création de l’histoire de Publicis. Z est un groupe de communication multipolaire qui depuis 1997 a développé un pôle internet incluant le concept novateur de la webTV. En 2007, François de la Brosse a lancé CITI TV, un réseau de micro-entreprises dédié à l’audiovisuel adossé à l’Internet dans les quartiers en difficulté.

    Rédacteurs en chef: Martine Allain Regnault et Laura Tenoudji

    Santé – Martine Allain Regnault:
    Journaliste spécialisée dans le domaine de la santé. Elle a été en charge de la rubrique biologie, médecine et sciences naturelles au magazine « Sciences et avenir », puis de la rubrique médicale au « Monde » avant de rejoindre France 2 ou elle a animé entre autres « Savoir plus Santé » pendant huit ans avec François de Closets.

    Magazine – Laura Tenoudji:
    Journaliste sur France 2 dans l’émission « Télématin », elle y tient une rubrique sur l’actualité Internet sous son nom « Laura du web »

    Coordination et développement : Adrien de Fayet

    Equipes journalistiques et techniques:

    CITI TV, un réseau de production audiovisuelle employant des jeunes JRI (journalistes reportes d’images) dans les quartiers en difficulté. (www.cititv.fr)

    Un réseau d’experts médicaux d’envergure internationale

    http://www.longevitv.com/les_equipes/

    François de la Brosse, est conseillé auprès de Nicolas Sarkozy. http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_de_La_Brosse

    Il sera peut-être plus simple de passer par Youtube
    http://www.youtube.com/sanofiaventisTVfr

    Notre santé se prépare sur internet et non chez un médecin généraliste, dont on nous vante les qualités, et qui est en passe de disparaitre….
    cela serait-il tout simplement voulu ?