Affaire du médiator et lobbying. Servier met du coeur à l’ouvrage

Les mois se suivent et se ressemblent pour les laboratoires Servier. Pris dans la tourmente de l’affaire du Médiator depuis plus d’un an et la publication du livre d’Irène Frachon, “Mediator 150 mg. Combien de morts ?”, le laboratoire française n’en finit plus payer son inconséquence. Et l’embauche d’agences de communication réputées n’auront pas changé la donne : Servier a perdu la bataille médiatique. Pour la bataille politique, la confrontation est actuellement en cours. D’autant qu’il n’a pas cessé d’essayer d’user de son influence pour orienter les affaires qui le touchent.

http://www.dailymotion.com/video/xlblkh

 

1. Le groupe est ainsi accusé d’avoir demandé l’intervention de l’un de ses faux nez pour proposer des modifications d’un rapport parlementaire du sénat. Le rédacteur bénévole reconnaît son intervention, oublie de dire ses liens avec Servier et la sénatrice mise en cause nie farouchement.

2. D’avoir fait sonné le tocsin au plus haut niveau de l’Etat grâce à ses relais chez d’anciens ministres de la santé, proches du groupe pharmaceutique.

3. Le journal Parisien rappelle la publication dans le Figaro de révélations sur “le lobbying du groupe auprès des députés UMP pour faire modifier le projet de loi sur une réforme du contrôle des médicaments. Prudent, M. Accoyer a suspendu tout accès aux couloirs du Palais-Bourbon à Servier”.

4. Servier menace, selon le Canard Enchaîné qui publie des extraits de conversations entre des cadres du groupe, de déplacer son siège social de la France vers les Pays-Bas, dans ce qui apparaît comme l’illustration d’une stratégie de “Retenez-moi ou je fais un malheur”, onzième position du Kamasutra du lobbying.

5. Le laboratoire joue la montre dans le procès qui devrait s’ouvrir l’an prochain en demandant de rassembler l’ensemble des plaintes sur Paris et en conditionnant l’accès au fonds d’indemnisation.

http://www.dailymotion.com/video/xl5014
L’influence « C’est pas sorcier  » pourtant

En attendant que l’affaire du Médiator trouve son épilogue, le groupe continue d’afficher des résultats financiers convenables. Le chiffre d’affaires augmente de 3% pour l’année mais baisse en France de 10%. On attend d’ailleurs que la Sécurité sociale demande le remboursement à ce laboratoire de toute les sommes dépensées directement pour le remboursement de ces médicaments et indirectes avec les frais engendrés par les examens complémentaires de contrôle depuis. Les publicités pour les médicaments génériques Biogaran qui passent actuellement sur nos écrans, et qui sont une filiale de Servier, inverseront peut-être la tendance. En tout cas, pas besoin de vous faire un dessin pour vous comprendre pourquoi cette marque ne mentionne pas son appartenance à Servier de manière claire.

Image de prévisualisation YouTube

Et si tel n’était pas le cas, peut-être que Fred et Jamy y parviendront qui prêtent leur nom à une émission sponsorisée par Servier pour vanter les mérites des médicaments génériques.

– “Et comment que l’on fait pour inverser la tendance, Jamy ?”

– “C’est très simple, Fred, on pédale à fond dans l’autre sens, en faisant croire que l’on continue à avancer ».  

http://www.dailymotion.com/video/xkwljw